mardi 23 novembre 2010


You're so naive, yet so.


Il y a des jours ou l’inspiration et le coup de crayon te viennent d’une façon différente qu’à ces inombrables habitudes. C’est loin de mon quotidien, aux heures tardives des nuits les plus paisibles, que je prends ma plus belle plume, et de nouveaux écrits. Ayant pour chants, les cigales et les grillons murmurant tendrement leurs mélodies, aux creux de mes organes auditifs.

Ici l’air est différent de la routine que je connais en vint depuis 17 ans, le quotidien, les gens, le paysage ! C’est dingue tout ce que tu peux redécouvrir en si peux de temps ! L’extraordinaire bouffé d’oxygene que tu prends en pleine face en quittant tout ce que tu possèdes de plus cher pour te refaire, ailleurs ! 

Je suis partie, les idées sacagées par des souvenirs, des illusions fausées et un état d’esprit pire que médiocre. Broyer du noire ? Mon nouveau mot d’ordre. Il était temps de se reprendre en main, avancer , voir les choses sous un autres angles, différement. Je jubile d’employer le Passé, moi qui ne l’avais jamais aimé.
Chacuns grandis et fait sa vie, à sa façon. Il est vrai que j’aime me retrouver à la Terrasse d’un café en compagnie de mes plus précieux amis, discuter de tout comme de rien, de nos plus beaux projets qui ne se concrétiseront certainement jamais, on rêve d’une vie, ensembles, mais ailleurs , loin de tous ces projecteurs ambulants. C’est en me projetant 3 ans en arrière, que je prend conscience seulement aujourd’hui, du chemin que j’ai endosser et parcourus. Mieux vaut tard que jamais, à ce qu’il parait ! Les choses étaient pourtant tellement plus simple qu’au jour d'aujourd'hui. On vivait selon nos envies sans se soucier du restes, se disant que nos plus désastreuses bétises, sont devenus, nos plus beaux souvenirs.



24 juin 2009, une matinée d'été ensoleillée, les premiers rayons du soleil traversent mes volets pour venir se poser dans ma chambre. Une nuit agitée, une journée qui s'avère être différentes des précédentes. La bonne humeur s'est installée, l'appréhension aussi. Les heures défilent, le verdict approche et finit par tomber. 
Il est pas moins de 16 heures et quelques minutes lorsque sur le quai de la gare, je n'en finis pas de faire les 100 pas, l'estomac noué de cette attente qui n'a que trop durer. On attendait ce moment, et bien il était enfin arriver. Ne sachant plus ou me mettre, aillant l'infime envie de retrousser chemin, de fuir ce qui m'attendait. 
C'est aux abords du quai de gare, ou je vois de multiples trains défiler que je prend conscience à cette instant précis que sa y'est, les dès sont jetés. Après de long mois d'attentes, l'adrénaline est à son summum.
M'allumant la 16ème cigarettes de la journée, me persuadant que ça évacuerait l'intégralité du stress qui ne cessait de me bouffer, l'annonce est lancé. Son train est arriver ! Je scrutes chaque visage qui pourrait m'être familier, après tout, une photo, une webcam.. sa peut jouer, comparé à la réalité. 
Les minutes qui défilent entre ces personnes qui descendes du train semblent être une éternité. Sa n'aura pas duré, il aura suffit d'une silhouette pour que je puisses la reconnaître. Un sourire mutuel qui s'affiche, sur nos visages respectifs, et c'est ce premier contact physique qui aura tout confirmé.

Depuis ce jour, 6 mois ont eu le temps de s'écouler. Entre temps, nous avons repartager des moments, confectionné de nouveaux souvenirs. Et c'est ce 23 Octobre dernier, ou les rôles se sont inversés. Ma venue, ton attente sur ce quai.

Pour tout vous dire ce sont l'intermédiaire de ces souvenirs, qui nous font tenir le coup de cette infâme torture accessoirement appelé "l'absence" qui nous pourrit l'existence. Il faut le vivre pour comprendre, après tout peu de gens qualifient "d'amitié" les relations à distance.. C'est vrai, c'est peu courant mais quand sa te tombe dessus, sa te tombe dessus.
Et je vous certifie, que cette fille qui à pris ses marques dans ma vie, prend les devants sur bien des gens qui dans mon entourage sont omni-présents !
Les jours passent et se ressemblent, et c'est une histoire de "rituel" qui à sus prendre le dessus. Se dire qu'il ne  peut se passer un seul jour sans qu'une pensé ne lui soit porté. Ce contact quotidien depuis maintenant un an et demie, sans répits.
Je pourrais vous expliquer, prendre le temps de tout vous débiter. Mais à quoi sa servirait ? Tant qu' Elle, le sait.

C'EST UNE HISTOIRE DE DINGUE, UNE HISTOIRE BÊTE A PLEURER. 
UNE ADDICTION, UN IDDYLE PARFAIT.
(et vous pouvez me croire, tant que vous ignorez ce que c'est)

lundi 15 novembre 2010


'intégralité de nos amitiés, se comptent, sur de multiples années.




dimanche 14 novembre 2010



e surpassement de toutes bonnes conscience, est une drogue, de qualitée.





mardi 9 novembre 2010



Vous savez le hic au sujet de la vraie magie ? 
C’est un peu comme le crack. 
Les gens font de drôles de choses quand ils y ont gouté.



... N'empêche que, je me suis gravement fait chier, ce jour là.